Assurer la sécurité sur chantier avec une clôture

clôture de chantier

Dans la majorité des centres-villes de l’Europe, les barrières de construction des passages publics sont normalisées, notamment en France. Ce fameux règlement tire son origine d’un arrêté départemental, qui stipulait les réglementations et les précautions prises en vue de garantir la protection sanitaire au niveau du département. Pour cette raison, tous les chantiers, quelle que soit la taille des ouvrages, sont tenus d’être cerné grâce à une Grille de chantier solide et durable afin non seulement de réduire les dangers d’accidents, mais de prévenir les dangers d’intrusion également.

 La nécessité de la clôture de construction dans un lieu du travail

 Grâce à des précautions de sécurité bien déterminées, il est facile d’éviter les gens non autorisés ou malintentionnés d’entrer sur le lieu du travail. Une clôture des travaux, le principal élément essentiel mis en place en amont de l’ouvrage et qui fait partie intégrante de la mise en œuvre des projets, est requise pour la durée du parcours prévu pour la clôture de chantier. En fait, tous les travaux de construction nécessitent la mise en œuvre de clôtures amovibles. Ce choix fournit une base en vue de prendre d’autres précautions de sécurité du personnel et des machines.

 La clôture du travail offre la meilleure sécurité des travaux en protégeant tout le périmètre. Ensuite, elle sera obligée d’enrober tout le périmètre du site grâce à d’innombrables catégories de matériaux tels que la palissade ou même le grillage. Les zones du site peuvent être séparées afin d’obtenir une solution technique plus efficace et plus pratique. Elle permet également de barrière de sécurité environnementale vis-à-vis du lieu environnant, réduisant les dangers d’accidents et offrant la meilleure protection aux piétons et occupants autour du site.

 Un travail de construction est capable de recevoir de nombreux gens en même temps. Ceux-ci peuvent être des manœuvres, ouvriers, fournisseurs de matériel, inspecteurs, chefs de chantier, dirigeants techniques ou seulement des stagiaires et visiteurs. Sans barrières de travaux, il n’est pas facile, même impossible, de contrôler les déplacements à l’extérieur et à l’intérieur du lieu du travail. Pour cela, il est indispensable de poser un portail relié à la clôture de chantier afin de favoriser le contrôle d’accès à l’intérieur du chantier. Cette précaution pour la protection de la Barrière Heras est également primordiale pour la sécurité des matériaux et des machines.

en suivant ce lien, vous aurez l’occasion d’obtenir plus d’infos

 Les équipements liés aux panneaux

 Au premier abord, la clôture de chantier est composée de socles et de panneaux. Afin de protéger pleinement le site, ces panneaux sont tenus de répondre à 3 paramètres de choix différents : une meilleure résistance, une grande rigidité et un meilleur aspect. Globalement, ils doivent pouvoir résister à de nombreuses conditions climatiques, surtout la pluie et le vent, sans limiter les places réservées à la fois aux travaux et aux circulations.

En moyenne, la hauteur du panneau est censée être comprise entre 1 et 1 m50, pour une longueur optimale d’environ 2m50. Un intervalle de 12 cm du sol est tenu d’être prévu afin de permettre le drainage sur place. Un côté dissuasif et anti-affichage sera censé être présenté à l’extérieur pour indiquer que l’enceinte du site n’est pas ouvert au public. Il se compose d’un cadre intégré accompagné des chevilles aux extrémités et d’un rail plat qui recouvre le haut du cadre. Ce rail plat peut être utilisé comme rampe d’escalier et l’altitude ne sera pas censée dépasser d’environ 4 cm. Des pieds tubulaires ronds ou carrés sont utilisés en vue d’attacher le panneau à la base.

 Les équipements liés aux socles

Le rôle des socles est de fixer les panneaux afin d’avoir une meilleure prise sur l’ensemble. Ils sont également obligés de suivre des règles pour le meilleur fonctionnement des travaux. À première vue, leur adhérence ne doit pas dépasser 20 cm, s’il est question de socles disposés consécutivement, et pour les socles occasionnels, leur adhérence ne doit pas dépasser 10 cm. Pour les clôtures de chantier, les socles doivent alors pouvoir être manipulés manuellement. Pour les clôtures stables, les piédestaux fixes sont fixés au sol grâce à une hauteur qui ne devra pas dépasser 20 mm. L’assemblage est généralement effectué avec des chevilles ou des mêmes procédures.

 La profondeur du piédestal ne sera pas censée excéder 130 mm sur la route et les pavés ne doivent pas excéder 60 mm. Dans des circonstances normales, les piédestaux doivent être munis de trous pour pouvoir attacher les supports du cadre de Grille de chantier. Dans le temps, ils doivent également avoir une bonne résistance. À la fin des travaux, ces piédestaux doivent être retirés du chantier.

 Les innombrables catégories de barrière de chantier

Il y a beaucoup de catégories de barrières de chantier, parmi lesquelles les plus exploitées sont : le grillage cône et rail, la clôture métallique, la clôture équipée de rallonges grillagées. Cette dernière constitue la première catégorie de treillis de chantier exploité dans le secteur de la construction. Elle offre une apparence plus visible du site, tout en garantissant la protection de la zone périphérique du site. Une clôture grillagée doit comporter une partie inférieure rigide d’une altitude de 1 mètre et une partie supérieure avec une extension grillagée. En fonction des modèles, ces 2 parties sont susceptibles d’être séparées ou non. Afin de mieux supporter le vent, le fil formant la maille doit avoir un diamètre d’au moins 5 mm. De plus, le treillis doit pouvoir supporter les conséquences de torsion, sans aller au-delà d’un diamètre de Grille de chantier mesurant de 80 x 330 mm empêchant les objets de sortir involontairement du site. Les clôtures métalliques sont   plus solides et plus durables que les clôtures en treillis métallique. Elles garantissent un meilleur périmètre de chantier pour une excellente protection. Cette clôture métallique est composée de cadres tubulaires métalliques d’une taille comprise entre 1 et 2 mètres 50. Afin de former une barrière de travaux complète, les clôtures métalliques sont rattachées entre elles grâce à un principe de fixation solidaire et spécifique tel que des tonneaux ou crochets.

 Quelques points essentiels à se souvenir sur les barrières de construction    

 La barrière de construction doit avoir des propriétés spécifiques pour remplir sa fonction. Premièrement, cette clôture sera censée être facile à poser pour économiser le temps d’installation et de démontage. Elle doit également disposer d’une taille serrée afin de rendre le magasin meilleur, améliorer le transport dans les étapes de déchargement ainsi que de chargement. Comme norme définitive, elle doit être très robuste et résistante afin d’assurer la protection des passagers, piétons ainsi que des travailleurs se trouvant non loin de lieu des travaux et afin de constituer une clôture de sécurité contre les tentatives d’effraction possibles.

Sachez que la mise en œuvre d’une clôture du site menant aux espaces publics doit être préalablement autorisée. Cette requête d’agrément doit être adressée au service Administration des Routes au moins 10 j avant la mise en œuvre de clôture. Celle-ci doit être exempte d’étalage et visible à tout moment. Un autre élément essentiel est que les barrières de construction doivent être placées pour offrir un meilleur passage piétonnier. Pour cela, il est impératif de laisser un accès piétonnier d’une largeur d’une barrière de chantier d’au moins 1 m 40 à côté de la clôture.

Pourquoi l’assurance dommages ouvrage est-elle essentielle lors de la construction en Nouvelle-Aquitaine ?
Dommage ouvrage particulier : comment ça marche ?